DélégationPérigord Agenais

Histoire d’un petit virus

Dialogue entre « {Univers et Corona } »

Un dialogue entre « Univers et Corona  », qui contient des éléments plus qu’intéressants, une leçon à tirer de la pandémie pour le genre humain, on vous le partage....

publié en mai 2020

Histoire d’un petit virus Un savoureux dialogue entre « Univers et Corona  », un petit virus

U= Univers V= Corona

Photo Pixabay

> C : Univers, Pourquoi me mettre dans le pangolin ?

> U : Cet animal, Corona, est en voie d’extinction. Et pourtant les hommes continuent de le braconner et de le manger Ce sera la première étape de ma leçon.

> C : D’accord Univers. Pourquoi tu veux que ça commence en Chine ?

> U : La Chine est le symbole de la mondialisation et de la production de masse, petit. Ce pays est surpeuplé, il produit en masse et pollue en masse...

> C : C’est vrai Univers... Mais en même temps c’est parce que les autres pays y ont un intérêt financier aussi, non ?

> U : Oui petit, c’est pour cela que ta mission va être de te répandre partout dans le monde, et principalement dans tous les pays concernés par ce système : (’Europe, les US, les pays producteurs de pétrole... >

> C : Quelle forme vas-tu me donner Univers ?

> U : Celle d’un virus qui va principalement infecter les voies respiratoires.

> C  : Mais pourquoi Univers ?

> U Petit, vois-tu, de nos jours, les hommes mettent en danger la planète. La pollution est devenue trop importante, mais l’humanité n’en mesure pas l’ampleur. Quoi de plus symbolique que la respiration, petit, tu comprends ?

> C : Oui, mais ça veut dire que je vais être dangereux, Univers ?

> U : Tu ne le seras pas plus que plein d’autres maladies existantes, petit, et tu le seras bien moins que la pollution elle-même qui génère des milliers de morts ! Mais la différence c’est que toi, tu seras visible...

> C : D’accord, Univers. Mais tu crois que ça va marcher ton truc, alors, je comprends pas comment ?

> U : Tu as raison, petit. C’est pour cela que je vais te rendre très contagieux. Tu vas vite te propager. La vitesse de propagation sera bien supérieure à ta dangerosité.

> C : Ok, mais alors si je suis pas si dangereux, tu crois qu’ils vont avoir peur de moi ?

> U : Petit, fais-moi confiance. C’est sur cela d’ailleurs que je compte pour faire évoluer les mentalités : la peur. Ce n’est que quand l’homme a peur qu’il peut changer ensuite...

> C : Tu crois ?

> U : Oui, petit, et je vais ajouter tout un contexte pour amplifier la peur et les prises de conscience.

> C : Quoi, Univers... ?

> U : La peur va tellement prendre le dessus que l’on confinera les gens chez eux, tu verras. Le monde sera à l’arrêt. Les écoles seront fermées, les lieux publics aussi, les gens ne pourront plus aller travailler. Les croisières, les avions, les moyens de transport seront vides...

> C : Oh la la, Univers, tu vas loin, mais qu’espères-tu de cela ?

> U  : Que le monde change, petit ! Que mère Terre soit respectée ! Que les gens prennent conscience de la bêtise humaine, des incohérences des modes de vie et qu’ils prennent le temps de réfléchir à tout cela. Qu’ils arrêtent de courir, découvrent qu’ils ont une famille et des enfants et du temps avec eux. Qu’ils ne puissent plus recourir aux suractivités extérieures car elles seront fermées. Se reconnecter à soi, à sa famille, ça aussi, petit, c’est important... > C : Ok, mais ça va être dangereux, l’économie va s’effondrer...

> U  : Oui petit, il y aura de grosses conséquences économiques. Mais il faut en passer par là. C’est en touchant à cela aussi que le monde, je l’espère, va prendre conscience de ses incohérences de fonctionnement. Les gens vont devoir revenir à un mode de vie minimaliste, ils vont devoir retourner au local, et je l’espère à l’entraide...

> C  : Comment vais-je me transmettre ?

> U : Par le contact humain... Si les gens s’embrassent, se touchent...

> C : Bizarre, Univers, là je ne te suis pas, tu veux recréer du lien mais tu éloignes les gens ?

> U : Petit, regarde aujourd’hui comment les hommes fonctionnent. Tu crois que le lien existe encore ? Le lien passe par le virtuel et les écrans. Même quand les hommes se promènent, ils ne regardent plus la nature mais leur téléphone... A part s’embrasser, iI ne restait plus grand chose du lien... alors je vais couper ce qui leur restait de lien et je vais exagérer leurs travers... En restant confinés chez eux, fort à parier qu’au départ, ils se régaleront des écrans, mais qu’au bout de plusieurs jours, ils satureront... lèveront les yeux.. découvriront qu’ils ont une famille, des voisins... et ils ouvriront leurs fenêtres pour juste regarder la nature.

> C : Tu es dur, Univers, tu aurais pu alerter avant de taper aussi fort...

> U : Mais, Corona, avant toi, j’ai envoyé plein d’autres petits virus... Mais, justement, c’était trop localisé et pas assez fort...

> C : Tu es sûr que les hommes vont comprendre cette fois, alors ?

> U : Tu verras, la pollution diminuera et ça fera réfléchir. Les hommes sont très intelligents, j’ai aussi confiance en leur potentiel d’éveil... en leur potentiel de création de nouveaux possibles.. Ils verront que la pollution aura chuté de manière exceptionnelle, que les risques de pénurie sont réels à force d’avoir trop délocalisé que le vrai luxe ce n’est plus l’argent mais le temps... II faut un burn-out mondial, petit, car l’humanité n’en peut plus de ce système, mais est trop dans l’engrenage pour en prendre conscience... A toi de jouer...

Imprimer cette page

Faites un don en ligne