DélégationPérigord Agenais

Les jeunes sont…

On l’entend tous les jours : le niveau baisse, baisse, baisse, et la jeunesse n’est plus ce qu’elle était…

Propos sur la jeunesse :

« Notre jeunesse […] est mal élevée, elle se moque de l’autorité et n’a aucune espèce de respect pour les anciens. Nos enfants d’aujourd’hui […] ne se lèvent pas quand un vieillard entre dans une pièce, ils répondent à leurs parents et bavardent au lieu de travailler. Ils sont tout simplement mauvais. »

« Je n’ai plus aucun espoir pour l’avenir de notre pays si la jeunesse d’aujourd’hui prend le commandement demain, parce que cette jeunesse est insupportable, sans retenue, simplement terrible. »

« Notre monde a atteint un stade critique. Les enfants n’écoutent plus leurs parents. La fin du monde ne peut pas être très loin. »

« Cette jeunesse est pourrie depuis le fond du cœur. Les jeunes gens sont malfaisants et paresseux. Ils ne seront jamais comme la jeunesse d’autrefois. Ceux d’aujourd’hui ne seront pas capables de maintenir notre culture. »

Une précision toutefois :

• La première citation est de Socrate (470-399 avant J-C) ;
• La deuxième est d’Hésiode (720 avant J-C) ;
• La troisième est d’un prêtre égyptien (2000 avant J-C) ;
• La dernière, vieille de plus de 3000 ans, a été découverte sur une poterie d’argile dans les ruines de Babylone.

Comme le temps passe…
… et comme les discours, les idées reçues se ressemblent !

Les siècles passent et notre humanité semble avoir toujours autant de mal à entretenir des rapports sains et sereins avec sa jeunesse. Il n’est pas rare d’entendre encore, de nos jours, des propos semblables à ceux tenus il y a 500, 1000, 2000, ou 3000 ans ! N’est-ce pas le signe d’un manque évident de mémoire ? Les adultes qui tiennent de tels discours n’oublient-ils pas qu’ils ont été jeunes et que ceux qui les ont précédés dans l’âge adulte ont très certainement tenu les mêmes propos à leur encontre ?

N’est-ce pas également le signe tout aussi évident d’un manque de lucidité quant à l’état de notre société ? Notre jeunesse est le miroir de la société qui l’enfante ! Or, que constatons-nous depuis des décennies ? Après avoir voulu faire de nos enfants des adultes en miniature et donc, tenté de les faire mûrir prématurément, voilà qu’aujourd’hui on incite les adultes à se comporter comme des adolescents, à refuser les effets de l’âge pour paraître toujours plus jeunes ! Et pourtant nous savons bien que les jeunes ont besoin de temps pour grandir, de se trouver devant de véritables adultes à qui se confronter pour se construire !

Comme il serait agréable, en ces temps de campagnes électorales, d’entendre un discours renouvelé sur notre jeunesse ! Cela implique, bien sûr, une profonde remise en question de notre société, une volonté déterminée de briser le cercle de la répétition. Qui aura le courage d’affirmer que les jeunes ne sont pas moins généreux qu’autrefois, que les difficultés qu’ils rencontrent pour grandir et s’épanouir sont proportionnelles au manque d’espérance qui habite notre société ? Cela n’a rien à voir avec une quelconque démagogie ! C’est tout simplement avoir le courage de se comporter en adultes responsables !

Abbé Jean-Michel Bouygues

Imprimer cette page

Faites un don en ligne