DélégationPérigord Agenais

Déconfinement en Périgord agenais

Inventifs et engagés pour continuer l’action

Lettre d’infos n°4 de la délégation

Voici portées à votre lecture ci-dessous, les différentes actions entreprises par les acteurs du Secours Catholique du Périgord agenais après le temps du confinement ou en réponse au déconfinement.

Inventifs et engagés pour continuer l'action

publié en juillet 2020

permanence

Reprise de la permanence médicale à Agen

Depuis le premier mardi de juin, la Permanence d’accès aux soins et à la santé, dite PASS mobile, a repris sa permanence au sein des locaux du Secours Catholique à Agen. Il s’agit d’un beau travail de collaboration entre la PASS et le Secours Catholique dans la mise en œuvre d’un protocole sanitaire qui permet d’accueillir en toute sécurité et de se retrouver dans la convivialité et la joie .

Christelle, infirmière de la PASS, partage son ressenti sur cette reprise : « Nous avions hâte de reprendre car cette PASS mobile on y tient, et surtout parce que les personnes que nous accueillons, au sein de cette permanence médico-sociale, étaient en demande. On est contentes de pouvoir répondre à leurs besoins à nouveau, de les voir tout simplement. En plus, le cadre et l’accueil du Secours Catholique est toujours aussi chaleureux. Bien sûr, il y a les mesures sanitaires qui changent un peu les choses, mais la bonne humeur est toujours là ! »

Le jardin solidaire se relance avec enthousiasme à Périgueux

Annie, engagée au sein de l’équipe locale de Périgueux en parle. « Pendant le confinement, l’équipe de Périgueux a apporté une aide alimentaire d’urgence à deux familles du quartier St-Georges. Ces familles, dont l’une est irakienne et l’autre syrienne, ont des enfants que le Secours Catholique soutient dans leur scolarité. Tout naturellement, nous leur avons proposé l’activité du jardin solidaire, Le petit radis situé au bord de l’Isle, à Périgueux. Les deux familles ont accepté notre proposition avec enthousiasme. Compte tenu de la saison avancée et du déconfinement, il a fallu rapidement remettre en état cette parcelle de terrain inoccupée. Les deux familles travaillent en commun ce jardin solidaire : tout en assurant la sécurité des enfants, ensemble, elles défrichent, bêchent... Reste la plantation des légumes de saison et de quelques petits arbustes fruitiers comme les framboisiers, les groseilliers... Cette activité permet aux familles de travailler la terre tout en profitant de la nature et du grand air. À la rentrée, nous rechercherons d’autres familles volontaires pour cultiver l’ensemble de la parcelle et faire vivre notre jardin solidaire. »

Un réseau de solidarité à Vianne

Catherine, engagée au sein de l’équipe locale de Nérac nous l’explique. « Je suis entrée dans l’équipe de Nérac il y a un peu plus d’un an et ai été séduite par l’ambiance de partage, et surtout, par l’objectif d’aller vers des gens dans le besoin ; un monde inconnu s’ouvrait alors à moi. J’œuvrais principalement dans l’apprentissage du français, dû à mon parcours professionnel de traductrice interprète de conférence. Puis s’est posée la question de la mise en place d’une gouvernance partagée pour pallier au départ prévu de la responsable d’équipe. La pandémie du Covid a été un facteur déterminant pour passer à une vitesse supérieure dans ce domaine. Pour ma part, je me suis essentiellement investie durant toute la période du confinement, dans mon village de Vianne, où j’ai été intégrée à la liste municipale d’opposition. Après notre élection, le 15 mars, nous avons distribué dans toutes les boîtes aux lettres, un flyer mentionnant une ligne téléphonique de secours. À tour de rôle, nous pouvions ainsi répondre aux demandes de personnes qui se retrouvaient en difficulté dans ce contexte sanitaire si particulier. Les premières personnes touchées ont été d’ailleurs les personnes âgées seules et ou malades, souvent désorientées. Grâce au bouche-à-oreille et au réseau de l’association locale d’aide à domicile, j’ai pu identifier un certain nombre de personnes auxquelles je rends visite en gardant les gestes barrières, donne des conseils, fait des courses. Il m’est aussi arrivée d’appeler un réparateur pour un frigidaire en panne, ou encore de prendre des rendez-vous en urgence pour des soins dentaires…. Rien d’extraordinaire, mais tellement important... »

Une page Facebook permet de créer du lien et de donner des idées

Mickaël, engagé au sein de l’équipe locale de Mussidan, Il est un fidèle de la page Facebook de notre délégation et nous explique ce que celle-ci lui apporte en cette période particulière : « J’ai eu un peu de mal avec le Covid-19, avec ce nouveau virus, ce n’est pas facile de vivre avec. Je suis souvent la page Facebook de la délégation pour voir les nouveautés. On voit pas mal de choses comme les vidéos, les sorties, le marquage à terre pour accueillir dans le respect des règles de sécurité sanitaire. Cela nous permet de voir comment les gens réagissent pendant le confinement et dans la vie de tous les jours. Cela me donne des idées. »

Rendez-vous sur notre page Facebook Secours Catholique du Périgord agenais

Imprimer cette page

Faites un don en ligne