DélégationPérigord Agenais

Paroles de « voyageurs »

Tous ensemble, avec leurs différences, « acteurs » engagés dans le Secours Catholique du Périgord agenais, bénévoles et personnes fragilisées qu’ils accueillent et suivent durant l’année, ont partagé quatre jours à Lourdes. Ils parlent de leur voyage de l’Espérance à Lourdes

Paroles de « voyageurs »

ARTEMIDA 26ans eq.Agen « C’était très agréable de se retrouver tous ensemble, avec toutes nos différences, pendant ces 4 jours à Lourdes. Je suis venue avec mon fils de six ans, et tout le monde nous parlait. J’ai ainsi pu mesurer mes progrès dans la langue française, grâce au cours que je suis depuis un an au sein de l’équipe d’Agen. Je ne me sens plus seule !  »

"Une bulle d’air"

Sylvester 51 ans éq. Périgueux

« Lourdes, pour moi, c’était vraiment une bulle d’air. J’ai beaucoup aimé l’environnement, l’ambiance conviviale, où chacun fait un pas pour améliorer les choses. Mon regard sur les personnes "apparemment" fragiles, comme les personnes en situation de handicap, a changé. Les ateliers et temps en groupes m’ont permis de mieux comprendre le fonctionnement du Secours Catholique, et ses activités, qui vont de la cuisine à l’action internationale ! Ayant bénéficié d’aide, j’ai vraiment envie désormais de m’impliquer davantage dans l’équipe de Périgueux ! »

"ça aide à s’ouvrir aux autres"

Irène, 59 ans Montpon

Pour Irène, le voyage à Lourdes lui a permis de souffler, elle en parle : « On ne sort pas indemne de Lourdes. Je comprends désormais l’Espérance et la foi des malades qui y vont. Rien que le fait de partir m’a fait du bien. J’ai particulièrement aimé les soirées "karaoké" et celle "des talents", ça aide à s’ouvrir aux autres !  »

Des pas pour s’engager

 

Chaque participant a réfléchi au pas qu’il pourrait faire pour contribuer à avancer sur le chemin de l’animation pour le changement social local et a symboliquement déposé le dessin de son pas en direction de notre fresque !

"Un souffle nouveau dans les orientations de la délégation"

Antonio RODRIGUEZ, 59 ans Eq. Cherveix-Cubas

« Cela fait quatre ans que je suis avec six autres bénévoles dans l’équipe de Cherveix-Cubas. J’avais déjà participé à des voyages de l’Espérance, mais c’est la première fois que je prends une responsabilité dans ce cadre. Animateur de fraternité, j’ai pris conscience d’un souffle nouveau dans les orientations de la délégation. Les différentes équipes ont le même public, les mêmes difficultés, mais les assument de diverses façons. Cela donne des idées. En accueilant une personne, il faut dépasser le compte-rendu des assistants sociaux, aller plus loin et cheminer avec la personne pour ensemble trouver des solutions. Je suis reparti de Lourdes fatigué mais ravi, avec de nouvelles "ressources", pas seulement physiques ! »

"Une belle parenthèse qui m’a permis de me retrouver"

Sarah,51 ans Eq.Lanouaille « J’ai vécu ces jours à Lourdes comme une belle parenthèse qui m’a permis de me retrouver, et de me dynamiser. On rentre dans une atmosphère chaleureuse, et même si je ne suis pas croyante, cela m’a réconciliée avec la religion… On en sort renouvelée… et avec des idées pour la toute nouvelle équipe de Lanouaille, qui se construit encore. »

"J’ai envie de relever le défi"

Annie 64 ans eq. Périgueux « Les premiers contacts que j’avais pu avoir avec le Secours Catholique ne me permettaient pas de percevoir clairement les nouvelles orientations : "tous acteurs". Le fait d’aller à Lourdes, de vivre ce grand moment de fraternité avec les bénévoles, les personnes qui sont seules et avec qui on a partagé des moments simples m’ont donné l’envie de m’engager. J’ai découvert les orientations que le Secours Catholique veut donner dans le futur à son action et j’adhère complètement à ce changement parce qu’il est bon, si on veut s’inscrire dans la durée. Que les accueillis deviennent "acteurs" au plein sens du terme, et là, c’est gagné. Avant, on était beaucoup dans la distribution. Certes, il faut de l’aide d’urgence, mais le Secours Catholique est vecteur pour enclencher cette démarche du changement. Et les accueillis, s’ils adhèrent à cette nouvelle orientation, sont aidés pour prendre en charge leur vie et leur destin. J’ai beaucoup apprécié les expériences vécues dans certains ateliers dont "le jardin partagé" et "la fracture numérique" qui sont deux sujets au cœur des préoccupations actuelles dans lesquelles les personnes fragilisées sont obligées de s’engager. À Lourdes, il y avait autant de personnes aidées que de bénévoles qui ont participé aux groupes de fraternité et qui manifestaient leur approbation sur les sujets. J’y ai rencontré de belles personnes. Même si le chemin sera long, même si nous rencontrerons des difficultés pour arriver au changement social local, on a envie de s’engager. Au-delà de ce que peut représenter Lourdes, la cité Saint-Pierre est un site fabuleux qui permet à tous de prendre du recul, de réfléchir, de se recueillir, c’est un lieu qui apporte l’apaisement et appelle à la fraternité. Tout était réuni pour que tout se passe bien, même le soleil était au rendez-vous. Cette expérience m’a fait évoluer dans mon jugement et ma motivation. Aujourd’hui, j’ai envie de relever le défi et m’investir dans l’animation d’une équipe. »

Imprimer cette page

Faites un don en ligne

Nous connaître

  • Paroles de « voyageurs »